When the Lights Go Out

De la musique, du cinéma, des rencontres, des endroits, des lectures ; tout ce dont on se rappelle quand on ferme les yeux.

29 mai 2009


MusicPlaylistRingtones
Music Playlist at MixPod.com

Posté par A Dude à 10:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 mai 2007

Happy blogday !

A ma chérie, et à son merveilleux blog, et à toutes celles et ceux qui rêvaient de pouvoir mettre un visage sur Madame Chacha! Bon anniversaire, mon amour !
hpt

Posté par A Dude à 15:43 - Commentaires [34] - Permalien [#]

10 avril 2007

Recette québécoise de tarte aux noix de Pécan

     Brown

Ingrédients

3 oeufs
90 g de beurre
Une cuiller à soupe de farine
1 pincée de sel
15 cl de miel ou de mélasse
10 cl de sirop d'érable
125 g de vergeoise blonde
200 g de cerneaux de noix de pécans pour le décor
150 g de noix de pécans en morceaux pour l'appareil à tarte.
1 cuiller à soupe de rhum ambré
1 pâte brisée

Préchauffer le four à 200°C.

Faire chauffer "à blanc" le fond de tarte (en vidant le contenu d'une boite de haricots secs sur du papier sulfurisé sur le fond de tarte pour ne pas qu'elle brûle), pendant 20 minutes, sortir puis baisser le four à 180°C.

Travailler le beurre avec la vergeoise pour pâlir le tout (le passer légèrement au micro-ondes pour le ramollir s'il sort du réfrigérateur).
Verser les oeufs un à un, puis le miel ou la mélasse,  le sirop d'érable, la cuillerée de rhum et enfin la pincée de sel.
Dans un autre récipient, mélanger les noix en morceaux et la farine, puis les incorporer délicatement à la préparation.
Sortir le fond de tarte, retirer les haricots et le papier sulfurisé.
Verser la préparation dans le fond de tarte, mettre au four pendant 15 minutes à 180°C ou quand la préparation est suffisamment sèche,
Retirer la tarte du four de préférence avec la plaque pour ne pas renverser la préparation.
Déposer précautionneusement les noix de pécans en rond concentriques sur le dessus et remettre au four pendant 30-40 minutes, en couvrant avec une feuille d'aluminium pour éviter de brûler les noix de pécans.

Sortir, attendre avant de démouler. Déguster.


NB : ATTENTION aux temps de cuisson, ils sont indicatifs ; en ce qui me concerne, ça donne :

Pas de cuisson à blanc
15-20 minutes pour cuire la préparation.
15 minutes après avoir mis les noix de pécans.

Pour la vergeoise :
Malheureusement, comme la vergeoise n'attire pas grand monde, certains ont eu la riche idée de vendre la vergeoise blonde "aromatisée vanille", et la vergeoise brune "aromatisée canelle".
Préférez, si vous ne trouvez pas de vergeoise blonde sans arôme, du sucre tout bête, car on ne veut pas de vanille dans cette recette-ci.

Posté par A Dude à 21:56 - Yes, chef ! - Commentaires [14] - Permalien [#]

31 mars 2007

Space Attack

Mon blog est une vidéothèque comme les autres.

Je sais, ça fait un bail qu'on trouve cette vidéo sur internet, mais j'ai pas pu résister. Un petit clin d'oeil à Opio, qui en raffole et pour tout ceux à qui ça démange, pour jouer à la version "originale", c'est ici.

Posté par A Dude à 09:20 - 8 bits - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 mars 2007

Le peuple qui dit non

Tu vas voter pour qui ?

Cette question, tout le monde se la pose, mais personne n'arrive à y répondre. Ou du moins de manière satisfaisante. Les amis avec qui j'en ai parlé récemment m'ont tellement étonné par leurs choix que je me suis dit qu'un peu de politique, ici, après tout, pourquoi pas ? Dans politique, il y a vie, non ?

Volem la grandeur d'el país

Quand on entend les hommes et femmes politiques qui se présentent à la présidentielle, on remarque qu'ils ont tous un point commun, ils nous parlent tous de La France. Et ils en parlent tellement, qu'à les entendre, la seule chose qui nous intéresserait dans ces élections serait la destinée de la mère patrie. Or, nous Français, il faut dire ce qui est, sommes plus attachés à une idée de la France qu'à son histoire. Ce qui compte, à nos yeux, c'est comment on y vit, pas comment on y sera. C'est pourquoi la suite promet d'être chaotique…

On a ceux qui veulent faire tout péter, ceux qui veulent tout redresser, ceux qui veulent que tous aillent travailler, ceux qui veulent continuer à glander, ceux qui aimeraient n'avoir jamais connu l'horreur de l'euro…

Tous vénères !

Il y a une autre chose que les politiques ont en commun. Ils savent qu'on ne va pas voter pour eux. Tout le monde est indécis mais sûr d'un truc, c'est que quand on ira voter, ce sera avec une pince à linge sur le nez, comme disait DSK. Nous Français n'aimons plus les politiques, depuis qu'ils ne sont plus là pour nous sauver, c'est-à-dire depuis De Gaulle, en somme. Alors pourquoi irions-nous voter pour quelqu'un qui nous laissera tomber une fois au pouvoir ?

« Je vote Royal pour contrer Sarko ! »

« Je vote Le Pen pour me rebeller contre lui quand il sera président ! »

« Je vote Nico pour que mon voisin aille bosser »

« Je vote Bayrou parce que j'en ai marre des extrêmes ! »

« Je vote Besancenot parce que… ah, non, j'ai pas le droit de voter Besancenot, alors je vote … pas ? »

Les votes du premier tour seront tout aussi surprenant qu'en 2002, n'en déplaisent aux trois présidentiables.

En effet, après un début de campagne où tout allait rentrer dans l'ordre, où les Français allaient se focaliser sur l'essentiel, allaient écouter les ténors des partis et les suivre les yeux fermés comme on suit papa-maman quand ils nous emmènent à l'école, il y a eu non pas un désir d'avenir, mais une fascination du pire.

Le pire (pour le tandem Ségo-Nico, bien sûr) étant les groupuscules, les ramasse-miettes, les nuisibles, qui se nourrissent sur le dos de la bête (la démocratie) et lui crachent à la gueule quand ils sont repus (voir Arlette Laguiller dont son parti, LO, ne vote même pas au parlement européen où il est présent car il est contre les institutions…).

Et non seulement il y aura chaos au premier tour, mais au second tour ce sera du délire, personne ne va faire d'effort, comme il y a cinq ans.

Sarkozy – Le Pen ? 65% - 30% (et 5% de blancs)

Royal – Le Pen ? 55%-35% (et 10% de blancs)

Bayrou – Royal ? 55%-45%

Bayrou – Sarkozy ? 60%- 40 %

Il n'y aurait guère qu'un duel Sarkozy-Royal pour redonner un peu de mesure à notre pays qui en a tant besoin, mais ça ne durerait même pas puisque deux mois plus tard, on voterait pour l'autre camp…

Bellum omnium contra omnes

Selon Thomas Hobbes, sans l'état, il y a « guerre de tous contre tous » ; pourquoi sommes-nous tant attirés par le chaos, par la violence, par la révolution, en France ? Peut-être parce que l'état est absent, justement. Ce philosophe, qui essayait d'envisager des institutions alors qu'il n'y en avait pas, était loin d'imaginer qu'un jour il n'y en aurait mais que plus personne n'en voudrait !

Parfois, quand je vois la marionnette de Jospin aux Guignols, je me dis qu'il aurait bien raison de nous traiter de peuple de merde !!!

C'est vrai, à force de changer d'avis, de cap, de camp, d'idée, de veste, de … on croirait des gosses qui veulent déchirer la France comme on déchire une feuille à coup de stylos…

A l'heure où tout les psys se penchent sur les candidats pour nous dire tout le mal (ou le peu de bien) qu'ils leur inspirent, j'invite, du haut de mon blog (ça sert aussi à interpeller, les blogs, non ?) ces chercheurs à se pencher sur les Français. Pourquoi nous comportons-nous comme des gamins, pourquoi avons-nous un tel besoin d'être écoutés, d'où vient ce manque et comment se fait-il qu'aucun homme ni aucune femme politique n'ait encore compris cela ?

Celui ou celle qui répondra à cette question aura le droit de gouverner la France pendant cinq ans.

Posté par A Dude à 10:40 - Commentaires [9] - Permalien [#]